Par Eric Bellion

Ma semaine s’est déroulée à Paris, et a été principalement axée sur ma préparation ! Car j’ai décidé de me faire suivre par une équipe médicale dédiée aux sportifs (kiné, centre de récupération…) et qui va m’accompagner dans mon entraînement physique jusqu’au départ du Vendée Globe. L’idée, c’est que je puisse « m’athlétiser » au maximum… ce qui est un bon défi pour moi ! C’est une bonne dose de souffrance en salle mais c’est le prix à payer pour être affûté au départ en novembre prochain. J’ai donc eu ma première séance de cryothérapie - soit 3 minutes plongé dans un caisson à moins 160 degrés ! Pour tout vous dire, au début je me suis demandé comment j’allais résister ! Il y avait quand même un type à mes côtés qui me parlait de tout et de rien afin que je ne panique pas… La première minute, c’est l’enfer ! Je pensais bien ne jamais tenir. J’ai également démarré un travail pour mieux appréhender ma gestion du sommeil avec le docteur Damien Léger à l’Hôtel Dieu. C’est « Le » spécialiste. Il connaît bien les problématiques des navigateurs solitaires, et s’occupe de plusieurs skippers du Vendée Globe. Je me suis donc fait appareiller durant 24 heures, avec un système nommé Morpheus, qui permet de mesurer la respiration, l’activité cérébrale, etc. Je porte également une sorte de bracelet enregistreur que je dois garder dix jours. Bref, je vais (presque) tout savoir sur mon rythme de sommeil… profond et paradoxal ! Comme je n’ai pas cette culture de l’endormissement qu’ont les régatiers professionnels, c’est juste indispensable. Enfin, il y a eu cette conférence de presse du Vendée Globe, qui pour moi était un peu le lancement officiel de la course. Je vous avoue que j’étais à la fois impressionné et dans mes petits souliers, mais très heureux d’être là. La salle était pleine à craquer. Là, j’ai vraiment senti la puissance de frappe de l’événement, la pression, l’enjeu. Quand ils ont passé en préambule le petit clip sur la course, nous nous sommes regardés avec les marins de ma catégorie… et nous n’en menions pas large ! Mais en même temps, je me sentais légitime d’être là, et c’était, ma foi, une sensation assez agréable. Enfin, pour boucler ma semaine, j’ai eu un rendez-vous avec un 15ème mécène potentiel. Car j’aimerais bien que l’on soit 15 comme une équipe de rugby, mais COMMEUNSEULHOMME !
Eric

Le chiffre de la semaine :
31. Le nombre de skippers présents à Paris lors de la conférence de presse du Vendée Globe pour 27 places effectives, soit la capacité d’accueil des pontons à Port Olona aux Sables d’Olonne.

Les mots pour le dire :
Cryothérapie : Traitement dans un caisson avec de l’air nitrogèné (azote) à - 160 degrés, permettant de calmer les douleurs musculaires (entorses, tendinites…), habituer le corps humain aux températures très basses, et aider à la récupération des sportifs.

Paradoxal (sommeil) : C’est le dernier des trois à six cycles de sommeil, et celui qui permet de se souvenir de ses rêves. L’activité électrique du cerveau est presque comme lors des périodes d’éveil.