Bonjour à toutes et à tous,

Tout d'abord merci beaucoup pour vos messages d'encouragement. Vous ne pouvez pas savoir comme ils m'ont fait du bien hier soir quand je les ai lus.
Ils m'ont donné beaucoup de force. Alors ne vous privez pas, je suis preneur de toute l'énergie que vous pourrez me passer.
Cette aventure COMMEUNSEULHOMME est un rêve qui se réalise. Tous les jours, je goûte la chance incroyable que j'ai de concrétiser cette vision. Je pense à nos mécènes, ces 14 entreprises qui sont montées à bord pour réaliser aussi une grande ambition collective. À notre niveau, nous prenons tous des risques pour la mener à bien. Pour ma part, je suis au camp de base d'un nouvel Everest. Je suis déterminé, mais comme toujours, des millions de doutes m'assaillent. Lire vos petits mots les chasse comme par magie. Merci !

Cette nuit, nous avons longé la face sud du plus grand champ pétrolier du Brésil au large de Rio de Janeiro. Plus de 300 kilomètres de long parsemé de mille feux. Éclairage des plateformes et bateaux de travail dans la nuit qui vous subjugue littéralement. Avec Sam, nous étions passés à l'intérieur; hier en mode solitaire, je n'ai pas voulu m'y frotter et j'ai suivi sagement le bord extérieur à bonne vitesse avec des surfs à plus de 20 nœuds.

Aujourd'hui, le vent s'est calmé et je n'observe plus ce soir qu'une quinzaine de nœuds à l'anémomètre. Nous glissons à bonne allure sous un ciel d'alizés. C'est très agréable, car le cockpit est fréquentable et l'intérieur sèche tranquillement. Il faut en profiter, car demain, nous commençons les bords de prés dans 15 à 20 nœuds de vent. Il va y avoir de la mer et ça va mouiller à nouveau.

David, mon équipier fantôme est exemplaire. Il ne fait rien ! Et je vous prie de croire que ce n'est pas facile de ne rien faire sur un bateau quand on est marin. De temps en temps, je le retrouve de nuit derrière moi sur le pont comme s'il aimait me faire sursauter. Et ça marche ! On dirait l'incarnation fantomatique de mes hallucinations pendant la Transat Jacques Vabre. David grenouille toute la journée dans le bateau entre les trois lieux de sieste qu'il a adopté, regarde des films et lis un livre qu'il m'a promis de me laisser après son débarquement. On se retrouve pour les repas.

C'est vraiment top de l'avoir à bord pour ces premiers milles en solo. C'est un très bon compagnon de route. Et même s'il ne touche à rien, il garde un œil professionnel sur mes manoeuvres et sur le bateau. Ce matin il a pointé la grand voile alors que je relâchais un ris. Un axe de chariot voulait se faire la malle. Avec les vibrations incroyables que subit le gréement il arrive fréquemment que les vis se dévissent d'elle-même. J'ai donc fait mon premier bricolage de solitaire et renvoyé la toile.

Je me rends compte que même avec le superbe travail de Matthieu et de David à Itajaí, le bateau mérite de bonnes vacances et un bon chantier. Cette navigation solitaire initiatique est donc parfaite pour lui comme pour moi. Nous allons tisser des liens forts en tête-à-tête et nous occuper de nous.

Bonne soirée et à demain,

Eric