Par Didier Ravon

A cinq jours du départ, j’ai beau être en forme tout s’accélère ! Le moral est bon, et je dors encore bien. Mais j’avoue que la pression est montée d’un cran ce week-end de la Toussaint. Il y a une foule incroyable qui arpente les pontons, et l’on m’a rapporté que les organisateurs avaient annoncé ce mardi 1er novembre que 680 000 personnes sont déjà venues aux Sables d’Olonne en deux semaines. Je n’ose imaginer au départ dimanche prochain. Aujourd’hui, on a commencé à charger les petites affaires et ça a été un moment assez émouvant. C’est là que tu commences à voir que le bateau est habité. COMMEUNSEULHOMME va quand même être ma maison durant une centaine de jours. Notre « job list » s’amenuise. Nous avons résolu de petits points de détails, vérifié l’AIS (système d’identification automatique avec nom du bateau, cap, vitesse et destination) permettant de limiter le risque de collisions en mer, et réglé un petit problème de rail de grand-voile sur le mât. Là on est dans le peaufinage. Tout roule, même si l’équipe technique ne compte pas son temps et commence à fatiguer. Moi, j’essaye de me reposer un maximum malgré les nombreuses sollicitations et les rendez-vous médias. J’ai d’ailleurs appris qu’il y avait 1 100 journalistes accrédités pour ce 8ème Vendée Globe (190 pays couverts) dont 45 chaînes de télévision sur site, plus 80 mobilisées. 31 repreneurs (TF1, France 2-3, BFM, Youtube, Facebook, Dailymotion…) vont retransmettre le départ en direct ! Il paraît que c’est du jamais vu. J’ai effectué mon premier routage (la route idéale par rapport à la météo et les fichiers GRIB) et on devrait partir au portant (donc poussé par le vent ; ndlr) dans une bonne brise de Nord-Ouest de 15 à 20 nœuds. Ça va aller vite. On pourrait avoir du vent fort dans le nez – 35 nœuds et plus – au passage du cap Finistère, mais c’est encore un peu tôt pour confirmer. De toute façon, l’idée est d’être prudent, et j’ai confiance dans mon bateau. Ce soir, nous allons préparer l’ultime sortie avant dimanche afin de réviser la procédure de départ, et ce afin que chacun soit à son poste. Il y aura aussi à bord Maxime Paul d’Incidence qui a dessiné les voiles du bateau. Le compte à rebours est lancé. J’ai passé la seconde !

Eric