Par Didier Ravon

Photo : ©Nicolas Henry

Entre l’Euro de foot et le Brexit, la nouvelle est passée plutôt inaperçue. Pourtant, suite à la réunion qui s’est tenue avec les skippers le 29 juin, la SAEM Vendée a décidé d’augmenter le numerus clausus en octroyant trois places supplémentaires. Initialement, le nombre de concurrents pouvant prendre le départ du 8ème Vendée Globe le 6 novembre prochain était limité à 27, notamment pour des questions de places au ponton, et les échanges plus qu’animés entre coureurs, sponsors et organisateurs, quant à l’ordre d’inscription. De plus, la crise qui couvait depuis quelques semaines au sein de l’organisation, a éclaté en plein jour ! David Brabis, le directeur de l’épreuve en a fait les frais, a été remercié et remplacé par Laura Le Goff, une juriste du cru. Denis Horeau le directeur de course lors de quatre éditions sur sept, a jeté l’éponge, laissant à son adjoint Jacques Caraes - quatre tours du monde en course dont deux Trophée Jules Verne victorieux… -, les rênes sportives de l’épreuve. Mais ce séisme à quelques mois du départ, a manifestement permis de débloquer les choses… mais aussi à Yves Auvinet, président de la SAEM Vendée de reprendre la main. Souvent critiqué pour son immobilisme et son manque de connaissance du dossier, il a tenu lui-même à en faire l’annonce.
« Je suis favorable à une ouverture à trois places supplémentaires en plus des 27 places prévues au sein de l'avis de course, a expliqué l’élu vendéen. Dans le cas où les obligations nautiques de l'un ou de l'ensemble des skippers seraient remplies dans les délais impartis (1er octobre : ndlr), il me paraîtrait inconcevable de ne pas leur permettre de prendre le départ. Lorsque l'on connaît l'investissement que représente la préparation de cette course, je pense que si l'on remplit toutes les conditions, chacun doit pouvoir bénéficier d'une chance de participer au Vendée Globe. » On a envie d’ajouter qu’il paraissait juste impensable de recaler trois navigateurs étrangers, le Japonais Kojiro Shiraishi, Le Néozélandais Conrad Colman et l’Irlandais Enda O'Coineen, alors que le Vendée Globe cherche depuis sa création à s’internationaliser et s’exporter. Et pour le retentissement et les retombées de cette épreuve mythique notamment en Asie Nouvelle Zélande et ce qui reste du Royaume Uni, je ne vais pas vous faire un dessin ! Bref, Eric Bellion sur COMMEUNSEULHOMME aura normalement trois adversaires de plus autour du monde, eux aussi bizuths de l’épreuve… et qui seront 15, un record. Et avant de repartir à Port-La-Forêt retrouver son bateau, Eric a lancé à Paris son appel pour la différence (www.appelpourladifference.org)… car il est temps que la société se réveille, qu’elle cesse d’être figée, soit dans la peur de l’autre soit dans les discours bien pensants ! Noble cause qui sied si bien au projet. Nous y reviendrons.

Le chiffre de la semaine : 10. Le nombre de nations présentes cette année… du jamais vu depuis la 1ère édition remportée par Titouan Lamazou en 1989.

Les 26 skippers officiellement inscrits à ce jour dans l’ordre de leur date d’inscription : Jérémie Beyou (France), Tanguy de Lamotte (France), Vincent Riou (France), Morgan Lagravière (France), Armel Le Cléac'h (France), Paul Meilhat (France), Sébastien Destremau (France), Eric Bellion (France), Jean-Pierre Dick (France), Fabrice Amedeo (France), Sébastien Josse (France), Yann Eliès (France), Thomas Ruyant (France), Didac Costa (Espagne), Kito de Pavant (France), Jean Le Cam (France) : en cours de qualification (doit boucler 1500 milles en solitaire), Bertrand de Broc (France), Louis Burton (France), Nandor Fa (Hongrie) : en cours de qualification (doit boucler 1500 milles en solitaire), Rich Wilson (Etats-Unis), Alex Thomson (Angleterre), Arnaud Boissières (France), Alan Roura (Suisse), Stéphane Le Diraison (France)* : en cours de qualification (doit boucler une course transatlantique en solitaire), Pieter Heerema (Pays-Bas), Romain Attanasio (France).

Les 4 inscrits en attente de validation de leurs obligations nautiques : Kojiro Shiraishi (Japon), Conrad Colman (Nouvelle-Zélande), Enda O'Coineen (Irlande)* et Jean-François Pellet (France)* qui doit également boucler une course transatlantique en solitaire.

(*) : Première participation au Vendée Globe